Vous avez été redirigé sur la version suisse (en français) de notre site. Vous pouvez choisir une autre version ici.
  • SUISSE

À propos de Charles-Emile Moinat & Fils SA

Charles-Emile Moinat, petit-fils de Louis Moinat, à Rolle, entre Morges et Nyon. Charles-Emile Moinat, membre de la famille suisse d'antiquaires et de décorateurs, a toujours travaillé dans le domaine de l'antiquité et de la décoration. Depuis 2001, se trouve dans le bâtiment de l'Hôtel de la Tête-Noire, situé sur la rue principale de la petite ville suisse de Rolle, au bord du lac Léman dans le canton de Vaud, entre Genève et Lausanne.

Étendu sur les 4 étages, le choix est énorme mais Charles-Emile Moinat sait où quelque objet peut être trouvé, un vase de Sèvres? une lampe Art Déco ? une chaise Louis XVI ? une commode Biedermeier ? une cheminée française ? une tête de lit romantique ? Il vous suffit d'émettre vos souhaits et il saura trouver exactement ce que vous cherchez. C'est sans doute l'une des plus grandes collections d'antiquités de qualité en Suisse !

"Une maison est un foyer et un bureau est un lieu de travail", dit Charles-Emile Moinat. "Pour réussir un bel intérieur, l'usage d'antiquités doit être complétée par des reproductions d'excellente qualité qui donnent de l'ambiance à une chambre ou à un bureau. Les reproductions sont également utilisées lorsqu'une pièce d'antiquité n'est pas disponible ou simplement trop chère"

Pour tout ce qui touche la décoration, Charles-Emile Moinat et ses architectes d'intérieur, artisans et collaborateurs (tapissiers, courte-pointières, peintres-décorateurs, ébénistes) sont la pour vous servir en Suisse comme à l'étranger.

Les plus prestigieuses collections de tissus, papiers peints, moquettes, revêtements sols et murs sont à votre dispositions dans l'atelier de décoration au 1er étage du magasin (Rubelli, Jules Flipo, M.I.D, Pierre Frey, Veraseta, Nobilis, Sahco Hesslein, Brunschwig, Osborne, etc).

Charles-Emile Moinat, petit-fils de Louis Moinat, souhaite la bienvenue aux visiteurs sur son nouveau site Internet et vous invite à vous y promener. Si vous avez des questions ou si vous cherchez quelque chose de particulier, dites-le lui et il fera de son mieux pour vous aider.

Visite virtuelle - Webcam

Le bâtiment - La Tête-Noire


Hôtel de la Tête-Noire


Histoire – architecture – évolution du bâtiment

Hôtel de la Tête-Noire : Histoire – architecture – évolution du bâtimentRédigé par un «historien de l’art monumental», un article apporte de nombreux renseignements sur le célèbre immeuble, situé Grand Rue 94 à Rolle. Pierre-Antoine Troillet intitule son texte comme suit : «Rolle, hôtel de la Tête-Noire et périmètre, étude historique des bâtiments et du parcellaire» (Pully, Archeotech SA, 1999, 24 pages illustrées). Ce travail a été effectué à la demande d’un responsable du Service des Monuments historiques de l’Etat de Vaud.
 

En passant devant l’hôtel, le visiteur aperçoit une enseigne caractéristique. Elle porte, en plus d’une tête de nègre, une date : 1628. L’archiviste Pierre-Yves Favez fait un parallèle entre l’appellation «Tête noire» et ce que l’on voit sur le blason d’Avenches, où un buste de Maure est représenté. Pour le second cas, écrit le directeur des Archives cantonales vaudoises Olivier Dessemontet, le dessin rappelle «les légendes sarrasines vivaces dans la contrée». Le motif apparaît dès 1564.
 

Berne délivre une patente

La Tête-Noire avait l'autorisation de donner à manger, à boire et à coucher aux clients voyageant à pied ou à cheval

«En 1607», signale Pierre-Antoine Troillet, «les archives font état de l’existence de trois auberges, ou logis, au moins à Rolle, soit de celle de la Couronne, celle de la Croix-Blanche et celle de la Tête-Noire. Cette dernière, qui jouissait alors du statut de ‘‘logis à pied et à cheval’’, autorisant son hôte à donner à manger, à boire et à coucher aux clients voyageant à pied ou à cheval, existait probablement avant cette date, soit au XVIe siècle déjà, voire plus tôt encore».
 

Il semble que l’année 1628 (inscrite en-dessous du portrait de l’Africain) est celle d’une permission, octroyée par les autorités : «Les archives, si elles ne fournissent pas la date de création du logis de la Tête-Noire, rappellent toutefois que la patente qui y était attachée figurait dans le règlement de 1628 de LLEE de Berne, puis avait été confirmée successivement en 1662, 1683 et 1684 ; elles précisent par ailleurs en 1811 que cet établissement jouit de ‘‘ce droit d’auberge depuis un temps immémorial’’».
 

Une origine médiévale tardive
 

Pierre-Antoine Troillet décrit les transformations architecturales successives. Ayant acquis l’établissement en 1853, le tenancier Samuel Joseph Moesch décida, dès 1861, «la reconstruction du corps de logis de l’auberge et lui donna son apparence qu’on pouvait lui voir avant sa surélévation». Vraisemblablement, celle-ci fut effectuée entre 1915 et 1920 ; à l’occasion d’un tel travail, l’entrepreneur modifia encore le rez-de-chaussée.

Des transformations architecturales successives

L’historien de l’art monumental donne ces quelques réflexions. «On ignore quelle fut l’étendue exacte de la reconstruction» (celle de 1861). «A-t-on alors conservé une partie de l’élévation du bâtiment précédent, probablement d’origine médiévale tardive ? Rien ne permet – à première vue – de l’affirmer, à l’exception toutefois de la surface de l’édifice, qui apparaît très semblable à celle de l’ancienne construction, du moins si l’on en croit les plans cadastraux anciens. L’édifice reconstruit en 1861 se rattache stylistiquement à un mode d’expression architectural de tradition classicisante qui demeurera en vogue pour l’architecture hôtelière jusque dans le troisième quart du XIXe siècle. On y relève une volonté d’affirmation monumentale qui se traduit par une hiérarchisation horizontale marquée (soubassement à refends, bel étage à fenêtres à corniches, deuxième étage à fenêtres plus simples, corniche sur modillons), mais également – bien que dans une plus modeste mesure – verticale (regroupement des trois travées de baies médianes, balcon à l’étage). On observera par ailleurs la recherche de contraste entre la finition lisse du soubassement et le crépi structuré (dit ‘‘à la tyrolienne’’) des étages».
 

Un hôtel, jusqu’en 2001
 

L'affectation hôtelière du bâtiment dura plusieurs siècles. Après les grandes transformations mentionnées plus haut (1861, 1915-1920), seuls des aménagements partiels et des travaux d’entretien furent effectués. Mais, pour l'établissement rollois, le glas des activités hospitalières et touristiques sonna bientôt. En effet, la prospérité générale, le développement de la région, la proximité de Genève et de son aéroport nécessitaient une offre améliorée. Une rénovation complète et très onéreuse s'avéra nécessaire.

Depuis 2001, un antiquaire - décorateur occupe le bâtiment de Rolle.

Dans le courant de l’année 2001, le bâtiment fut vendu à un Rollois, Charles-Emile Moinat. La famille Moinat est présente à Rolle depuis 1920, où elle exerce des activités de commerce d’antiquités et de décoration. Depuis lors, l'ancien hôtel de la Tête-Noire est devenu un lieu d’exposition. Le visiteur découvre du mobilier installé dans les salons et les chambres, les anciennes cuisines abritent des ateliers, les articles d’extérieur jalonnent la cour et les dépendances, à l’arrière du bâtiment.
  Ainsi, bien que les activités d’hôtellerie et de restauration aient cessé, ce lieu rempli d’histoire reste ouvert au public. Nous en sommes heureux pour les habitants de Rolle, «la Perle du Léman». Beaucoup d'entre eux gardent des souvenirs inoubliables et nourrissent quelque nostalgie, quand ils pensent à ce grand établissement que fut «la Tête-Noire» au cours des âges.
 

Patrice Rossel
Pour CHARLES-EMILE MOINAT & FILS SA

Le général Henry Bouquet, un héros trop peu connu en Suisse

Portrait du général Henry Bouquet
Enseignant à l’Université Webster de Genève, le professeur et historien américain Kevin D.Stringer a publié un nouveau livre. L’ouvrage est intitulé comme suit : «Swiss-made heroes, profiles in military leadership» (Ashland Oregon, Hellgate Press, 2012 ; XXVIII, 264 pages illustrées). Le lecteur trouve une évocation du général Henry Bouquet (1719-1765), dont la famille fut propriétaire, à Rolle, de l’ancienne auberge de la Tête-Noire. Dans le bâtiment en question (daté de 1628), l’antiquaire Charles-Emile Moinat et sa famille exposent leurs meubles et autres objets d’art ; mais, les actuels exploitants veillent à maintenir scrupuleusement la salle «Général Henry Bouquet». Le grand homme naquit, peut-être, en ce lieu...

Surpassé par d'autres

Le professeur et historien américain Kevin D.Stringer a publié le livre «Swiss-made heroes, profiles in military leadership»
Vendredi 9 mars dernier, dans la pièce en question, le professeur Stringer prononçait une conférence. Des auditeurs étaient venus en nombre ; ils posaient des questions et dialoguaient avec l’historien. On reconnaissait, notamment, le syndic de Rolle, Jean-Noël Goël. Celui-ci fit observer qu’une importante avenue de la localité porte l’appellation : «Général Henri Guisan». «Chronologiquement», soulignait le magistrat rollois, «le commandant en chef de l’armée suisse, pendant la Seconde Guerre mondiale, est plus proche de nous ; on le connaît donc mieux». Certes, quoique moins bien situé, un petit chemin évoque pourtant le souvenir du militaire, natif de la Tête-Noire, qui fait l’objet de cet article. En rédigeant son texte, le professeur Stringer a rappelé les engagements de plusieurs soldats, issus de la Confédération helvétique, qui acquirent une notoriété internationale. Outre Henri Guisan (1874-1960), déjà cité, mentionnons encore le Payernois Antoine-Henri Jomini (1779-1869), un illustre général et théoricien de la guerre ; surtout (et beaucoup de commentateurs confirment le fait), le Rollois Henry Bouquet fut «un fondateur indirect des Etats-Unis d’Amérique»...

L’antiquaire Charles-Emile Moinat, et le syndic de Rolle Jean-Noël Goël.
Kevin D. Stringer signale l’action prépondérante de Bouquet, vainqueur des peaux-rouges, en 1763 et 1764 (bataille de Bushy Run ; défense de Fort Pitt, aujourd’hui Pittsburgh). «Consécutivement aux efforts de ce citoyen vaudois», affirme Kevin D. Stringer, «les colons purent poursuivre la conquête du continent américain, en direction de l’ouest».

Cependant, en Suisse, on relève la présence de monuments, de rues, principalement dédiés à Guisan ou à Jomini. Pour sa part, Bouquet est davantage réputé sur le théâtre de ses exploits, le Nouveau Monde.

Les historiens se rendent à la Tête-Noire

Le Rollois Henry Bouquet fut «un fondateur indirect des Etats-Unis d’Amérique». Les méthodes du général Bouquet étaient fort contestables. Il suscita, semble-t-il, la remise de couvertures et de mouchoirs contaminés par la petite vérole, afin d’infecter les indigènes. Toutefois, de tels actes doivent être considérés dans le contexte de l’époque : au XVIIIe siècle, les nouveaux venus occidentaux manifestaient un mépris total à l’encontre des populations autochtones. L’historien américain Kevin D. Stringer a entrepris la même démarche que certains prédécesseurs, collègues et concitoyens. Par exemple, les universitaires Paul E. Schatzmann (état de Pennsylvanie) et Kenneth P. Stuart (état du Wisconsin) se sont rendus également à la Tête-Noire.

Patrice Rossel, L'échois rollois, 12 avril 2013


Contactez-nous au +41 (0)21 825 48 00 ou via le formulaire pour plus d'informations.

Presse

  Vous souhaitez illustrer votre article avec des photos de meubles de styles ? Contactez-nous afin d'obtenir des photos en haute résolution des articles de votre choix.

Les Moinat, quatre générations au service d’un métier rare.

Journal d'Ouchy - Marc-Olivier Reymond - Avril 2018








Un héros trop peu connu en Suisse

Écho rollois - 12 avril 2013

Hommage à Henri Bouquet

Écho rollois - 22 février 2013





Le marché de l'art entre à l'université

Le Temps - 3 janvier 2011. Journaliste : Lorette Coen

Magazine LongLife n°2

Juillet / août 2010. Journaliste : Martine Pavia

24 Heures du 17 mai 2006

Journaliste : Raphaël Ebinger. Photo : Alain Rouèche










Témoignages de quelques-uns de nos clients

La Fédération Internationale de Natation a apprécié les services fournis par la maison Charles-Emile Moinat & fils. Nous avons trouvé une écoute exceptionnelle, des conseils avisés et une exécution de qualité. Leur intervention a contribué à embellir le siège de notre fédération, tout en proposant des solutions pratiques en terme d'entretien. Nous recommandons chaleureusement cette entreprise familiale.

Fédération Internationale de Natation, Lausanne, Suisse

Merci à l’équipe de Charles-Emile Moinat & Fils SA qui nous a permis de réaliser dans les temps imparti les rénovations de nos bureaux. Les équipes de cette entreprise familiale ont réalisés toutes poses de moquette dans les salons et les escaliers ainsi la pose de tissus tendus et confection de rideaux pour notre entière satisfaction.

Banque Eric Sturdza SA - Genève

lire plus
Pour changer de monnaies, merci de cliquer sur l'icône dans le coin supérieur droite de cette page.